Fonderie Deberny et Peignot

La Fonderie Deberny et Peignot est issue de la fusion-acquisition en 1923 entre l'opulente Fonderie G. Peignot & Fils et la défaillante Fonderie Deberny.



Catégories :

Imprimerie - Typographe

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... Puis, il fusionna avec Peignot en 1923 pour prendre le nom de Fonderie Deberny & Peignot qui disparaîtra en 1972.... (source : villeparisis-histoire.over-blog)
  • Charles Peignot, figure emblématique et grand ani- mateur de la fonderie Deberny & Peignot. Le jeune artiste entre au bureau d'étude pour la conception... (source : imprimerie.lyon)
  • Fonderie de caractères du début du siècle issue de la fusion de la fonderie Deberny (dirigée par Robert Girard) et de la fonderie Georges Peignot et fils... (source : flickr)

La Fonderie Deberny et Peignot est issue de la fusion-acquisition en 1923 entre l'opulente Fonderie G. Peignot & Fils et la défaillante Fonderie Deberny. Il fait partie des fleurons passés de la typographie française.

Éléments historiques

L'histoire de cette entreprise familiale débute par le rachat d'une fonderie de blancs (en 1850, on achetait des blancs pour séparer les mots imprimés) par Clémentine Dupont de Vieux Pont (1815-1897), mariée à Laurent Peignot (1811-1852). Elle parvient à faire prospérer l'affaire ainsi qu'à y imposer son fils, Gustave Peignot (1839-1899). Quelques décennies plus tard, la lignée Peignot voit apparaître un chef d'entreprise visionnaire et talentueux, Georges Peignot (1872-1915), qui lance la Fonderie sur la voie du risque, du succès et de l'opulence. Il lance le Cochin et le Grasset, qui font la renommée de l'entreprise et du nom Peignot.

Mort au combat, Georges Peignot laisse l'entreprise entre les mains de son fils, Charles Peignot (1897-1984), davantage passionné par l'édition (en témoigne une revue prestigieuse et connue, Arts et métiers graphiques) que par les fumées d'une usine typographique. Au moment où les choses vont déjà mal, Charles Peignot se lance à corps perdu dans le lancement d'une photocomposeuse, prometteuse mais sans avenir. L'entreprise ne s'en relève pas. Elle dépose le bilan en 1974.

Créations typographiques

Il reste de cette épopée des créations remarquables :

Parmi les grands usages des polices Deberny et Peignot :

Peut-être sous la contrainte, le studio Deberny & Peignot réalise en 1942 le cliché de la version française de l'étoile juive déclinée selon les pays (cf. Michel Wlassikoff, Histoire du graphisme en France, Les arts décoratifs, 2005).

Une rue à Paris, dans le prolongement de la rue Gutenberg, porte le nom de «rue des Quatre-Frères-Peignot» pour faire mémoire aux trois frères de Georges Peignot qui, comme lui, perdirent la vie au cours de la Première Guerre mondiale.

Bibliographie


Sites Web

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : peignot - dessin - entreprise - fonderie - georges - deberny - française - romain - italique - paris - fils - typographie - histoire - lance - cochin - grasset - nom - arts - graphiques - auriol -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Fonderie_Deberny_et_Peignot.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 11/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu